Mois: avril 2015

Lutte celtique avec Allen Pittman

Un petit retour sur le dernier stage d’Allen Pittman en Bretagne, du 23 au 25 avril. L’essentiel du stage a porté sur la Lutte Celtique. J’ai déjà eu l’occasion de présenter cette forme de lutte hybride, qui provient de l’enseignement de Tim Geoghegan, un lutteur de « Submission Wrestling » disparu il y a une quinzaine d’années, et avec lequel Allen a étudié épisodiquement près d’une dizaine d’années. Je me suis pris de passion pour cette forme de lutte dès que je l’ai découverte, et cette rencontre m’a amenée à me pencher sur cet aspect de la culture martiale que je connaissais  très mal. Lors du dernier stage, nous avons passé en revue une bonne partie du curriculum technique de base : prises de tête ou de jambe, étranglements, pressions, clés articulaires, projections, soumissions au sol, etc. Une bonne partie des techniques enseignées dans cette forme de lutte sont bannies des règles courantes des luttes sportives car très destructrices et douloureuses. A ce titre, la pratique s’apparente plus à une forme de Budo, où le respect de l’autre et la bienveillance sont de mise. Tout au long du week-end, tandis que nous nous contorsionnions sous les clés, grimassions sous les pressions nerveuses, ou suffoquions sous les étranglements sanguins, Allen a beaucoup insisté sur la part de l’ombre : une pratique authentique et sincère nous met face à notre propre ombre, qui abrite les mille visages de la mort, mais aussi de la peur, de la violence, de la souffrance humaine. Nul besoin de s’apesantir là dessus au risque de devenir ridiculement grandiloquent, reste la question qui se pose à nous : quelle est cette lumière qui nous habite pour aller ainsi vers l’ombre et savoir revenir, ne pas nous y perdre.

wrestlingFTim Geoghegan « Leg lock »

Avant de m’enliser dans ce sujet classique de dialectique starwarzienne, je venais de retrouver les images d’un échange que nous avions eu avec des lutteurs de Gouren il y a deux ans. Je les ai réunies dans un seul film, de médiocre qualité mais qui j’espère pourra intéresser quelques un(e)s. Le son est  mauvais  mais on peut suivre la conversation, et les lutteurs, d’excellent niveau, nous donnent un avant-goût de certains aspects techniques du Gouren.

Photo1108

Publicités